L’épreuve ouvre les yeux

biblefoi"Mon oreille avait entendu parler de toi, mais maintenant, mon œil t’a vu (Job 42/5)"

Quoi de plus sublime que d’avoir ses yeux spirituels ouverts sur la personne de Jésus-Christ. Passer d’une connaissance confuse de son œuvre à une connaissance grandissante et éblouissante. N’avons-nous pas comme Job, bien souvent, une connaissance singulière du Seigneur Jésus-Christ. Avons-nous l’honnêteté de reconnaître que nous avons seulement entendu parler de la croix du Seigneur, sans en avoir puissamment expérimenté ses réalités pour notre propre vie. Quoique présent dans nos vies, Jésus reste néanmoins un Dieu si souvent « inconnu ». C’était l’expression de Paul face aux Athéniens dans l’aréopage : "... j’ai même trouvé un autel sur lequel on avait inscrit : À un Dieu inconnu (Actes 17:23). " Soyons vrais, ne sommes-nous pas souvent confrontés à cet autel dans nos cœurs ? Notamment dans les choses concernant Ses pensées, Ses voies, Sa volonté, Sa propre personne ? Tout cela ne reste t’il pas confus ? Dans le désert, Israël connaissait uniquement la jouissance des dons de Dieu et cela semblait lui convenir, mais le peuple ne vivait pas la plénitude de la communion qu’avait Moïse.
Avoir seulement entendu parler de Jésus-Christ ne suffit pas pour faire de nous des vainqueurs, il nous faut le « discerner » avec notre esprit. C’est pour cela que l’outil le plus efficace est le même que celui employé pour ouvrir les yeux de Job : L’EPREUVE. Car l’épreuve nous pousse à poursuivre un « Sauveur », donc à nous rapprocher de Christ et permettre à Dieu de nous le révéler. Elle réalise en nous une distinction marquante entre une connaissance intellectuelle et une connaissance vivante du Fils de Dieu. Elle nous libère de notre propre justice et nous aide à comprendre que nos actes de sainteté ne sont que poursuite du vent étant nés dans le péché, et que pratiquer la justice, ce n'est pas cela qui nous rendra saint devant Dieu ; mais plutôt le fait que nous nous  repentions, que nous nous condamnions, dans la lumière de Dieu qui nous donne la vraie justice de Dieu, non pas la nôtre, mais celle de Dieu.
Si nous laissons humblement les épreuves accomplirent leurs tâches, sans laisser notre colère maudire Celui qui les permet, nous expérimenterons alors l’accomplissement d’une œuvre qui nous dépasse. Comprenons  et acceptons que la plus grande marque d’amour de notre Père céleste à notre égard soit de permettre l’épreuve dans nos vies. " Je sais, ô Éternel ! Que tes jugements sont justes; C'est par fidélité que tu m'as humilié (Psaumes 119:75). " L’humiliation de l’épreuve est le meilleur remède de Dieu pour la libération de notre esprit, l’épreuve est vraiment un collyre qui soignera nos yeux et nous délivrera sûrement de cet autel tant de fois rencontré, « à ce  Dieu inconnu ». Notre prière ! " Fais-toi connaître tel que Tu es, Père Saint ! Au Nom de Jésus-Christ, par le moyen de l’épreuve, libère-moi du mensonge, montre-moi ton Fils. J’accepte d’être humilié pour un temps afin d’être élevé dans un autre.  " La révélation de Jésus-Christ nous sera accordée par Dieu afin qu'une foi inébranlable et authentique puisse s'implanter dans notre cœur. Ceux qui ont seulement entendu parler du Christ peuvent dire que désormais ils le voient dans toute Sa splendeur de gloire. "  Avant d'avoir été humilié, je m'égarais (Psaume 119 : 67). "

Frédéric

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir