Choisir d’arrêter de subir

biblefoi

" Je me lèverai, j'irai vers mon père, et je lui dirai (Luc 15:18).  "

Le fils prodigue subissait sa situation de vie jusqu’à ce qu’il prenne conscience que la décision de se rapprocher de son père lui appartenait. Ses douleurs, ses souffrances, n’ont pas été un frein à son élan. Son père lui, savait qu’en prenant la décision d’exiger son héritage, son fils allait vers des lendemains difficiles. Une chose est sûre, c’est que son père l’attendait de tout son cœur. Il est en ainsi pour nous, combien de fois sommes-nous sous la domination de certains évènements qui nous accablent, souffrants de douleurs spirituelles. Nous subissons plus qu’autre chose, prostrés  dans notre condition difficile. En attendant que le Seigneur fasse quelque chose en notre faveur, nous nous lamentons sur notre sort, ou nous choisissons la politique de « l’autruche ».
Sous les portiques de la piscine de « Bethesda », étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l'eau (Jean 5). Vous saisissez ? Ils attendaient eux aussi, ils espéraient qu’un ange descende dans la piscine pour agiter l'eau afin qu’ils soient guéris. Telle est souvent notre attitude face aux tempêtes et aux épreuves que nous traversons, nous ne croyons pas en la possibilité d’une victoire immédiate. Nous temporisons jusqu’à ce que le Seigneur nous redonne courage, force, paix et joie. Des jours entiers peuvent défiler comme cela et nous laisser dans un état de défaite intérieure, abattus, ballottés à tout vent d'émotions. " Je n'ai personne pour me jeter dans la piscine quand l'eau est agitée », c’est souvent la réaction de nos cœurs : " …Je n’ai personne pour m’aider, alors je m’assoie et j’attends… ".
Arrêter de subir et vivre la victoire, c’est prendre la décision d’aller vers notre Père en Jésus-Christ contre vents et marées et de Lui parler de nos souffrances, car " Je puis tout par celui qui me fortifie (Philippiens 4:13). "  "...Je me lèverai, j'irai vers mon père, et je lui dirai (Luc 15:18). " La femme à la perte de sang " s'approcha par derrière, et toucha le bord du vêtement de Jésus (Luc 8), et fut guérie. "...il cria: Jésus, Fils de David, aie pitié de moi.../...Ceux qui marchaient devant le reprenaient, pour le faire taire; mais il criait beaucoup plus fort (Luc 18)", l’aveugle de Jéricho savait lui aussi ce qu’il voulait.  
Arrêter de subir et expérimenter la victoire, c’est se lever de sa torpeur, aller vers Lui par la foi sans attendre, résolu et constant quel qu’en soit le prix car " Je puis tout par celui qui me fortifie (Philippiens 4:13). " Nous avons l’assurance que notre Père céleste nous attend sans reproche. Crions à Lui maintenant, Il est fidèle pour nous secourir, et pour rétablir tout ce que l’ennemi a détruit. Il est impatient de vous donner un nouveau cœur et un nouveau commencement. Rien n’est impossible avec Lui ! Il est proche et disponible, tout comme l’air, le souffle que nous pouvons prendre.  " Jésus lui dit : Ma fille, ta foi t'a sauvée ; va en paix (Luc 8)","Recouvre la vue; ta foi t'a sauvée  (Luc 18)","mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie (Luc 15:24)."

 

Frédéric

Commentaires   

+2 #1 Quidam 01-04-2014 13:29
:lol: Merci Fred,avec les bons paramètres,on va enfin pouvoir participer au
blog !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir